La confrontation tant annoncée entre Mr Ousmane Sonko et Mlle Adji Sarr a finalement eu lieu ce Mardi 6 Décembre 2022. Cette confrontation était réclamée à cor et à cris par la présumée victime Adji Sarr, par ses rares supportrices, par tout Benno Bokk Yakkar, par son avocat sueur Me El Hadj Diouf.

Tous nous prédisaient un massacre lorsque ce jour arrivera au vu de toutes les preuves que détient Mlle Adji Sarr démontrant que Mr Ousmane Sonko l’a violée 5 fois et parfois sodomisée. Certains prédisaient même que c’est ce jour là que Mr Ousmane Sonko quittera de lui-même le monde de la politique

Dans une interview avec Kaliphone Sall, Mlle Adji Sarr déclarait ceci : « « J’ai toutes les preuves des accusations dans mon téléphone. (….) Si les sénégalais avaient connaissance de ces preuves que je détiens, je vous jure qu’ils iraient le déloger chez lui pour le conduire directement à la police (….) Je n’attends que le jour de la confrontation » »

Les membres de Benno Bokk Yakkar, de Coddas, et autres défenseurs de Mlle Adji Sarr faisaient des sorties fréquentes pour confirmer les propos de cette dernière. Bon nombre d’entre eux déclaraient avoir visionné ces preuves en question ou en détenaient même des copies.

Durant presque deux années, les phrases les plus entendues dans le clan de BBY et les proches de Mlle Adji Sarr étaient : « Que Ousmane Sonko accepte d’aller répondre au juge – Que Ousmane Sonko ait le courage de faire face à Adji Sarr ». C’était même devenu le principal discours de campagne de la coalition Benno Bokk Yakkar pour les élections locales de Janvier 2022, et les dernières législatives de Juillet 2022.

Je me suis toujours dit que tous ces pères et mères de familles de BBY, tous ces époux et ces épouses, tous ces intellectuels, tous ces ministres, tous ces députés, tous ces élus locaux, tous ces hauts fonctionnaires, tous ces avocats, tous ces musulmans et chrétiens, ……, ne pouvaient pas avoir décidé de mentir de façon collective à la face du monde sur le même sujet.

J’étais donc certain qu’ils détenaient quelque chose qui sera enfin dévoilé le jour de la confrontation Adji Sarr – Ousmane Sonko. Bien que je me demandais qu’est-ce qui empêchaient à toutes ces personnes qui ont une haine viscérale contre Mr Ousmane Sonko de publier depuis lors ces Vidéos / Audios / Photos / Messages sensés le détruire à jamais ? C’était plus simple que de monter tous ces dossiers farfelus de « Force Spéciale » ou de rebelle, et faire tuer des citoyens innocents.

Je me demandais aussi pourquoi aucune de ces preuves n’a été sortie lors de l’audition de Mlle Adji Sarr, ni lors de sa confrontation avec Mme Ndeye Khady Ndiaye. Alors que c’est justement à cela que sert la phase d’instruction. Ce n’est pas lors d’un procès qu’on brandit des preuves subites à l’insu de tous pour dire « SURPRISE !!! ».

Vu que Mlle Adji Sarr et son camp nous disaient qu’elle attendait sa confrontation avec Ousmane Sonko, alors on a attendu. J’ai essayé d’imaginer comment se déroulerait le jour de cette confrontation qui est enfin arrivé. Mais à la fin de la journée, je réalise qu’effectivement le Sénégal a été tenu en haleine par une grosse bande de mythomanes.

1° Je m’imaginais que Mlle Adji Sarr sortirait du tribunal avec dans les bras un enfant de 13 mois, qui a été accouché en toute discrétion, et qui sera le portrait tout craché de Mr Ousmane Sonko. En lieu et place de cela j’ai vu qu’elle n’avait qu’un avocat en sueurs dans les bras

2° J’imaginais que Mlle Adji Sarr apparaitrait avec un air de délivrance, tout sourire, les bras en l’air en signe de victoire. En lieu et place j’ai vu une demoiselle fâchée, qui se disputait toute seule contre les micros, et ballotée par ses accompagnants qui semblaient craindre une nouvelle bourde. Elle semblait être devenue l’accusée et non plus l’accusatrice.

3° J’imaginais Me El Hadj Diouf sortir du tribunal aux cris de « Hourra Hourra ! Nous l’avons terrassé. Ousmane Sonko est fini. ». En lieu et place j’ai vu un avocat nerveux, verser des litres de sueurs, qui déclare qu’il n’y a pas eu confrontation car le prévenu n’a pas parlé, et donc sa cliente non plus. Visiblement l’avocat a oublié que c’est à l’accusateur de s’exprimer et d’exposer les preuves. Et à l’accusé de réagir.

4° J’imaginais que la coalition Benno Bokk Yakkar tiendrait un point de presse pour se féliciter que la confrontation se soit enfin tenue, et pour féliciter la demoiselle Adji Sarr d’avoir achevé la bête. En lieu et place, tous les membres de Benno semblent être allés au lit très tôt.

5° J’imaginais que les télés et radios partisanes, que les sites d’information en ligne alimentaires feraient des unes et des éditions spéciales détaillant comment Ousmane Sonko a été terrassée par une gamine et ses preuves. En lieu et place j’ai constaté que ces médias sont vite passés à autre chose, comme pour faire oublier cette journée.

6° J’imaginais que Mr Ousmane Sonko sortirait du tribunal avec des menottes aux poignets, cachant son visage avec sa veste pour éviter les photographes et caméramen. En lieu et place j’ai vu un Ousmane Sonko tout sourire, moqueur, qui déclare que ce fut un massacre, mais contre l’autre camp.

Il est vrai que si l’on s’en tient aux déclarations de Adji Sarr et ses avocats, alors qu’ils nous avaient annoncé une mise à mort de Ousmane Sonko le jour de la confrontation, on a presque eu droit à des larmes.

Par contre le compte rendu fait par Ousmane Sonko dans sa communication nocturne nous renseigne le pourquoi de ces larmes, et comment chacun en a eu pour son grade :

** Le Juge Mahamane Diallo pour son instruction biaisée et sa partisanerie

** Le parquet mis devant sa participation active au complot, document à l’appui

** L’avocat mis devant ses propres agressions sexuelles et condamnations

** Et enfin Adji Sarr ridiculisée dans sa robe moulante rouge

Après s’être foutus de nous pendant près de deux années, après nous avoir abreuvé de mensonges, après avoir causé une vingtaine de morts, des centaines de blessés et de mutilés, des dizaines d’emprisonnement, un dossier appelé « Mensonge Collectif Criminel » doit être monté contre les fossoyeurs à l’origine de cette mascarade macabre car il est hors de question de passer tout cela par pertes et profits.

Voir plus d'articles

Voir aussi

« Et si Ismaila Madior Fall avait raison ». La chronique salée du journaliste Demba Ndiaye sur l’affaire Sweet Beauté

Quand un ministre de la Justice dit que le troisième mandat n’est pas une question de loi …