Aliou CISSE plus connu sous le nom de Serigne Aliou ou de Baye CISSE est le fils ainé du village de DIOSSONG là ou il est né en 1906, pour avoir été le premier enfant à y naître. Ce village situé dans le Département de FOUNDIOUGNE (Région de FATICK), fut fondé par son grand père maternel Samba Thiané CISSE (Père de sa mère).

Conformément aux recommandations de feu son père, le jeune Aliou CISSE alors âgé seulement de 16 ans, quitta son village natal DIOSSONG pour KAOLACK. Sur le chemin du retour, les difficiles conditions du voyage imposèrent une pause à KOSSI. Et là, une voiture affrétée par M. Djim Momar GUEYE, vint prendre El hadji Abdoulaye pour assurer le reste du trajet.

Dès son arrivée à Léwna Niassène (KAOLACK), El hadji Abdoulaye NIASS demanda à son fils Ibrahima NIASS d’installer dans sa chambre, son jeune étranger (Aliou CISSE). Alors, Ils partagèrent la même chambre, le même lit. C’est le mariage de Cheikh Ibrahima NIASS avec sa première épouse, qui mit un terme à cette cohabitation.
Ainsi Ce fut le point de départ d’une amitié que rien, ni personne n’altéra. Une collaboration loyale et d’une fidélité sans faille entre Cheikh Ibrahima NIASS plus connu sous le nom de Baye NIASS et Serigne Aliou CISSE. Les relations entre ces deux hommes constituent une référence pour toute relation quelque soit sa nature, entre un Guide religieux et son talibé.

Ainsi, sous la direction de Cheikh Ibrahima NIASS, son nouveau maitre, Serigne Aliou CISSE s’engagea dans la poursuite de ses études dans les domaines aussi variés que la Grammaire, le Droit, la Théologie, la Linguistique, le Soufisme, la Littérature….

SERIGNE ALIOU CISSE A MEDINA:

Serigne Aliou CISSE s’installa à MEDINA dès les premiers jours de la fondation de cette cité. Au niveau de l’actuelle maison connue sous le nom de « Keur Khady Faty », il y construisit des cases qui servaient, à la fois, de logement et d’école coranique (Daara).Ce fut en 1947, qu’il s’installa dans son actuelle maison.

La maison de Serigne Aliou CISSE pouvait être qualifiée de Consulat pour tous les étrangers qui venaient à Médina Baye, pour des études ou pour s’abreuver à la source de la FAYDATOU TIDIANE. La plupart des jeunes Nigérians Ghanéens, Nigériens, Tchadiens, Libériens….. qui portent le nom patronymique CISSE furent adoptés par la Famille de Serigne Aliou CISSE.

– Il fut l’organisateur du cadre de vie de Médina en mettant en place une rigueur morale qui jusqu’à présent, préserve cette Cité religieuse, des gaspillages durant les funérailles. A Médina Baye, il n’existe aucune célébration qui suit le décès d’une personne : pas de troisième jour, pas de huitième jour, pas de quarantième jour……Il fut un rempart contre le folklore qui pervertit la pratique religieuse.

– Il fut un éducateur(Serigne), donc chargé d’assister le Cheikh dans les enseignements surtout du droit et de l’éducation spirituelle des talibés (tarbiya)

– Il fut l’imam de la grande mosquée parce qu’il assurait la suppléance du Marabout chaque fois qu’il était indisponible ou en voyage. Il dirigeait, les wazifas et les chants religieux (zikrs).

Serigne Aliou CISSE, le grand serviteur du « Hadara », avait la garde du Testament de Baye NIASS. Un testament rédigé à Paris le 16 du mois Jul Hidati(Tabaski) de l’année hégirien 1393 (10/01/ 1974).

Revenu de Paris, Baye NIASS lui remit son Testament, il fut presque groggy par l’effet d’annonce. Il le mit dans une enveloppe et le garda soigneusement. IL ne l’ouvrit qu’après la mort de Baye NIASS, devant la Commission chargée de recenser les biens légués par Cheikh Ibrahima.

Depuis ce jour qu’il reçut ce testament, il fut convaincu qu’il allait mourir après Baye NIASS et se préparait à supporter le choc que provoquerait l’annonce du décès de son guide religieux.

Gestionnaire, gendre, soldat infatigable …. Personne n’égala le rôle qu’il jouait aux côtes de Cheikh Al Islam El hadji Ibrahima NIASS
Serigne Aliou CISSE menait des activités agricoles à travers ses propres champs ou ceux cultivés par ses disciples.

MISSIONS A L’ETRANGER:

Serigne Aliou CISSE effectua le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam à sept reprises dont une seule fois en compagnie de Baye NIASS. En de hors des déplacements purement religieux, il était régulièrement envoyé en mission à l’étranger.

Parlons du voyage de KHARTOUM en compagnie de Serigne Mbaye NIASS. En 1948, Cheikhou Oumar TOURE de retour du pèlerinage à la Mecque, était passé par le Soudan anglais où il rencontra Serigne Mbaye NIASS et Serigne Aliou CISSE qui y étaient en mission. Durant leur séjour dans ce pays ils ont été les hôtes d’un savant qui leur avait posé cette question: « Vous êtes mes trois hôtes, mais où est le quatrième ? ».Faisant allusion aux quatre khalifes orthodoxes du Prophète, il leur dit quand il y a Aboubacar, Oumar et Aliou, on doit se demander où se trouve Ousmane .Il faisait allusion à Serigne Ousmane NDIAYE, décédé en 1945.

Serigne Aliou CISSE vu par Cheikh Ibrahima NIASS:

Certes , entre les deux, il existait des rapports de talibé à marabout, mais force est d’admettre que, la fidélité du disciple et l’inspiration du maître n’ont jamais aliéné leurs personnalités respectives. Baye NIASS vouait un grand respect à Serigne Aliou CISSE.

1- Dans les relations sociales du Saloum, il existe une parenté à plaisanterie entre le nom patronymique CISSE et le nom patronymique NIASS. Mais Cheikh Ibrahima NIASS n’a jamais tenu des propos de plaisanterie en l’endroit de Serigne Aliou CISSE

2- C’est Cheikh Ibrahima NIASS qui a été le premier à lui décerner le titre de SERIGNE avec tout ce que ce nom renferme de noblesse et de grandeur : un éducateur, un Guide spirituel ou un grand Monsieur

3- Cheikh Ibrahima NIASS a toujours déclaré qu’il est le marabout de Serigne Aliou CISSE et que Serigne Aliou CISSE est le marabout de ses disciples.

4- Le Cheikh a toujours dit : « Tant que vous voyez Serigne Aliou CISSE, sachez que je suis toujours avec vous » Voulait-IL parler de sa mort ou de la poursuite de sa mission ?

5- Selon le Cheikh, Serigne Aliou CISSE a, partout et pour tout, surclassé toutes les personnes de sa génération. Le seul domaine où quelqu’un peut le surclasser c’est la taille.( Pour rappel ,Serigne Aliou était un homme de taille très moyenne)

6- Le candidat de Cheikh Ibrahima NIASS : Un jour Serigne Aliou CISSE accompagné de Cheikh Absatou NIASS, Babou DIAGNE et Aly SAMB était venu pour saluer Baye NIASS qui était assis sous la véranda. Dans la causerie Aly SAMB qui fut un grand animateur a tenu des propos de simple plaisanterie en disant au Marabout « Serigne Aliou. Serigne Aliou, le preux chevalier…..Ah si on devra confier par des élections, la cité de Médina, ah, ah…. » Baye NIASS sourit et déclara « je voterais pour Serigne Aliou »

7- Au cours de son périple en GUINEE, Cheikh Ibrahima reçut un lettre de Serigne Aliou CISS. Dans la réponse le Marabout écrivit : « Serigne Aliou kou bakh- la »(Serigne Aliou est un homme bien)

Serigne Aliou CISSE assura le khalifat de Cheikh Al Islam Elhadji Ibrahima NIASS jusqu’à 1982, année au cours de laquelle il s’éteignit à Médina Baye à l’âge de 76 ans. Dans ces moments très difficiles, un des disciples de Cheikh Ibrahima NIASS avait déclaré : « Maintenant, Médina est orphelin, Baye NIASS vient de mourir ».

Source: Faydatidianiya.com

Voir plus d'articles

Voir aussi

MARIAMA SARR RÉPOND AUX ÉTUDIANTS KAOLACKOIS DE L’UGB: « L’enseignement Supérieur n’est pas une compétence transférée des municipalités.” 

Après la manifestation publique des étudiants ressortissants de Kaolack de l’Université Ga…