Ngoné Diankha, présidente du Mouvement citoyen REJEK (Réseau des Jeunes de Kaolack), est en phase avec le président Macky Sall sur la création du Conseil National pour l’insertion et l’emploi des jeunes. Dans une note parvenue à notre Rédaction, la jeune Dame leader fait un plaidoyer en faveur des jeunes et encourage le président Macky Sall dans sa volonté de régler la lancinante question de l’emploi des jeunes du pays et vaincre l’émigration clandestine….
 
« Ce n’est pas nouveau la mise en place d’une structure qui accompagne les jeunes à avoir accès à l’emploi. On note, sous l’ère de son excellence le Président Macky SALL, plusieurs structures notamment L’ANPEJ, la DER, L’ADEPME pour ne citer que celles-là qui accompagnent les jeunes et les femmes porteurs de projets tout au long de leur mise en œuvre, la création ou reprise de l’activité. Cependant, des questions reviennent constamment:
 
1- Où en sommes nous avec le suivi de ces financements?
 
2- Les objectifs visés ont-ils été atteints ?
 
M. le Président de la République, force est de reconnaitre que ces structures connaissent des limites malgré la vision claire et optimiste que vous avez sur l’avenir de votre jeunesse.
En ce temps marqué par le retour du phénomène «barca ou barsax», il n’y a pas de doute M. le Président, un conseil national pour l’insertion et l’emploi des jeunes, organe consultatif stratégique d’impulsion, n’est que le bienvenu. M. le Président, sans vouloir être prétentieuse, en étant une jeune qui se confronte chaque jour aux réalités que mes concitoyens jeunes vivent, je voudrai attirer votre attention sur le fait que ce n’est pas tout le monde qui veut être entrepreneur. En d’autres termes, ce ne sont pas seulement les financements qui peuvent régler le problème du chômage de ce pays, mais encore faudrait-il y mettre une bonne chaleur de travail et d’abnégation pour une meilleure réussite.
 
M. le président, veuillez prendre en compte que ces jeunes qui prennent des pirogues pour se lancer à l’assaut des océans peuvent être dissuadés en leur permettant « facilement » d’avoir un travail décent », a dit Mme Diankha.
 
Avant de poursuivre : « M. le président, je ne saurai terminer sans vous rappeler que la création d’industries pourrait aider des milliers de jeunes diplômés à avoir un travail sans oublier aussi de magnifier le nombre important d’emplois créés de 2012 à nos jours. Mais ne dit-on pas que « TROP » n’est jamais trop pour bien faire?
 
Merci de votre disponibilité à toujours répondre aux besoins de la nation que vous dirigez dans la noblesse et l’ouverture d’esprit. »
 
Moussa SENE
Voir plus d'articles

Voir aussi

COVID-19 / KAOLACK: 36 cas positifs enregistrés en 24 heures

Ce 22 janvier 2021, 36 prélèvements sont revenus positifs à Kaolack. Il s’agit de 25…