A deux ans de la production des premiers barils de pétrole et mètres cube de gaz, le président de la République, Macky Sall a pris une batterie de mesures en vue d’une « gestion optimale des ressources pétrolières et gazières ». Se prononçant en conseil des ministres hier, sur l’importance primordiale qu’il accorde au secteur, ce, à la suite de la réunion stratégique du pétrole et du gaz qu’il a présidée le mardi 9 février, il a indiqué « la nouvelle feuille de route ».
 
Celle-ci vise « l’accélération des réformes et l’exécution des projets pétroliers et gaziers, de même que leur encadrement adéquat par les différents ministères et structures parapubliques impliqués ».
 
Le Chef de l’Etat rappelle, dans ce cadre, rapporte le communiqué du conseil des ministres, « l’impératif d’anticiper et d’asseoir la préparation des structures et du capital humain à l’aune d’un Pays qui entre, à partir de 2023, dans l’exploitation pétrolière et gazière, complexe par nature, car intégrant plusieurs dimensions (technique, juridique, économique, budgétaire, financière, sécuritaire, environnementale et sociale…) ».
 
Mise en place d’un système de reporting des informations sur les activités pétro-gazières
 
Dans cette perspective, Macky Sall instruit son gouvernement « d’accentuer la transformation des organisations et des méthodes de travail, en vue de l’ancrage durable d’un système national cohérent, pragmatique et performant de supervision, de coordination des interventions et de suivi évaluation des réformes et de l’exécution des projets pétroliers et gaziers ».
 
A ce titre et pour plus de transparence, il a invité le ministre du Pétrole et des Energies, « à mettre en place un système innovant de reporting des informations et activités sur l’écosystème pétrolier et gazier à travers, PETROSEN Holding SA, notamment ».
 
Il a aussi insisté sur « l’urgence, pour PETROSEN, de finaliser la doctrine sur les Contrats de Partage de Production et les Accords d’Association avec les Opérateurs ».
 
Optimisation de la gestion de l’actionnariat de l’Etat du Sénégal
 
Dans un souci de tirer le maximum de profit dans exploitation prochaine des ressources, l’impératif d’une optimisation de la gestion de l’actionnariat de l’Etat dans le secteur pétrolier et gazier, a été souligné par le chef de l’Etat qui y accorde une importance particulière.
 
De même que la nécessité d’assurer « la montée en puissance de l’Economie du Pétrole et du Gaz avec une forte implication des privés nationaux et un élargissement des transferts de technologies dans la mise en œuvre du contenu local ».
 
Dans ce même sillage et afin de renforcer le capital humain national susceptible d’assurer la gouvernance maîtrisée des ressources, le Chef de l’Etat, confie le communiqué du conseil des ministres, invite « le Gouvernement à soutenir l’édification rapide de l’Institut National du Pétrole et du Gaz (INPG) à Diamniadio, de même que la régulation des formations dans le secteur ».
 
Un projet de loi sur le partage des revenus avant fin mars
 
S’agissant du partage des revenus tirés de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières, Macky Sall met la pression sur Abdoulaye Daouda Diallo. En effet, le président de la République veut que le projet de loi soit finalisé « avant fin mars 2021 », soit dans un mois.
Voir plus d'articles

Voir aussi

Vente “illégale” de graines à l’étrangers: les producteurs du Bassin arachidier réclament des milliards à la Sonacos

Dans l’une de ses éditions, « le Témoin » faisait état de la vente de vingt mille tonnes d…