Après l’arrestation de Seynabou Dieng, l’aide soignante qui a outrepassé ses prérogatives et délivré un certificat de décès du bébé qui était encore en vie à l’hôpital régional de Kaolack, c’est autour de Khadijatou Sarr Kébé, la directrice de l’Hôpital d’apporter des explications sur l’affaire.

En effet, elle affirme qu’il n’y a pas eu un intervalle de deux heures entre le moment où le bébé a été déclaré mort et sa réanimation. Elle précise également disposer d’un personnel qualifié, avant de souligner qu’un médecin de garde est toujours présent dans cet établissement public de santé.

«Quand les parents du bébé sont venus avec leurs papiers, pour l’autorisation d’inhumation, le présupposé à la morgue s’est rendu compte que l’enfant n’avait pas encore été acheminé.

C’est à cet instant qu’il a appelé à la pédiatrie, et c’est sur ce fait qu’on a constaté que l’enfant bougeait. Et on l’a évacué rapidement et ca na pas fait plus de 05 minutes. Les dispositions seront prises davantage. Maintenant la procédure judiciaire et celle administrative sont aussi enclenchées.

Ça a un caractère confidentiel. Mais nous allons prendre les dispositions administratives, pour tout ce qui est du ressort de notre responsabilité. Cette pédiatrie de 91 places, dont 65 places de néonat, on y abat un travail extraordinaire.

Nous avons avec l’appui du ministère de la santé recruté 04 médecins généralistes qui ont été formés et outillés pour prendre la garde au niveau de la pédiatrie, en plus du pédiatre et de deux qui terminent leur formation. A tout moment, quand vous venez dans le service, vous trouverez un médecin de garde », a déclaré la directrice sur les ondes de la Rfm.

Voir plus d'articles

Voir aussi

KAOLACK / ZONE CENTRE: Le nombre d’accidents passe de 105 en 2021 à 114 en 2022 soit un total 24 tués contre 33

Le nombre d’accidents de la circulation a largement grimpé ces 04 derniers mois c&rs…