Au départ, ils étaient au nombre de 515 ex-employés remerciés par l’entreprise SATAR en charge de la construction du projet “coeur de Kaolack”, qui exigeaient le paiement intégral de leurs indemnités de licenciement évaluées à plusieurs millions de francs CFA.
 
À l’arrivée, les 215 travailleurs qui avaient accepté de se syndiquer ont eu gain de cause en recevant leur dû estimé à plus 800 millions ( première tranche). Aujourd’hui, les 300 restants ont décidé de monter au créneau pour dire aux autorités qu’ils font également partie de ceux qui travaillaient pour cette entreprise et qu’ils doivent également être pris en compte dans la distribution de l’enveloppe financière.
 
Les anciens travailleurs de la SATAR ont aussi invité les autorités administratives et judiciaires à “diligenter un arbitrage équitable”, afin qu’ils reçoivent leur argent…
Voir plus d'articles

Voir aussi

KAOLACK / ETAT D’URGENCE – Bilan définitif de la police: 1.219 individus interpellés dont 37 déférés

Le Service régional de Sécurité publique de Kaolack, dans le cadre de l’état d’urgence san…