La propagation du Covid 19 sous nos cieux préoccupe au plus haut point le maire de la commune de Gagnick dans le département de Guinguineo, région de Kaolack. Dans les colonnes de L’Evidence Quotidien, M. Malick Ndiaye, qui estime que les maires devraient être à l’avant-garde du combat national contre le Covid 19, a pris toutes les dispositions nécessaires dans sa commune pour une riposte efficace au Covid 19.
 
 
“Vous savez, tous les élus locaux, en particulier les Maires veulent être vraiment au-devant de la scène, à l’avant-garde de la lutte contre la propagation du Covid 19 qui impacte véritablement la santé des populations et l’économie mondiale. Donc nous avons été très sensibles et nous avons très tôt essayé de réagir en rapport avec les services de santé de nos localités. Pour Gagnick, la demande m’a été faite depuis la semaine dernière par les deux infirmiers chefs de poste de Gagnick dans le département de Guinguineo. Et l’ensemble du matériel demandé a été acquis la commune. L’ensemble de ce matériel a ainsi été remis aux deux infirmiers chefs de poste. Ce, depuis samedi dernier d’ailleurs. Excepté quelques matériels difficiles à acquérir, notamment les thermoflashs, nous avons avons tout ce qui est masques, gants, détergents, lave-mains, bassines, bouilloires, eau de javel, savons liquides… Tout cela a été acquis en grand nombre. Nous avons simplement suivi la demande expresse de ces postes-là et je crois bien que tout est disponible depuis samedi dernier. En effet, c’est un important lot pour participer à ce combat national, mais qui est d’abord local. Si chaque maire fait ce genre de geste à des degrés divers sur l’ensemble du territoire, naturellement la lutte sera répandue. Et on espère de ce fait participer activement en tant que collectivité locale au combat qui va être sûrement gagné, en rapport avec ce que l’État lui-même fait”, a notamment dit le maire de Gagnick. En outre, l’homme fort de Gagnick plaide pour la levée de certaines restrictions pour les maires en cette période de couvre feu et d’état d’urgence. “Vous savez, l’État, au sens large, c’est l’État central et les collectivités locales. Nous faisons partie donc de l’État, on ne peut pas réserver un sort particulier à certains services de l’État, sans y mettre les collectivités locales. Et cela, le Chef de l’État le sait, le ministre de l’Intérieur également le sait. Maintenant, il y a eu au départ un petit dysfonctionnement, mais le ministre de l’Intérieur est en train de le régler. Les laissez passer permanents sont en train d’être établis et il y en a qui sont déjà disponibles. Moi par exemple, j’ai reçu mon laissez passer depuis deux jours et les autres recevront dès la semaine prochaine les leurs. Je crois que c’était un petit dysfonctionnement qui est en train d’être réglé parce que l’État sait que les collectivités locales doivent être même au cœur du combat. Ça c’est réglé vraiment pas”, rassure-t-il. Dans la foulée, le maire de Gagnick lance un appel à l’endroit de ses administrés. “Le message que je voudrais lancer c’est que tout le monde s’implique. Le paradoxe aujourd’hui, c’est que le confinement est un acte solitaire et individuel, mais c’est l’acte le plus solidaire également du collectif. Quand on se confine, c’est acte individuel mais à terme c’est l’acte le plus collectif parce que l’on se prémunit et on prémunit d’autres. Voilà la demande qui a été faite à toute la population, et je pense que la sensibilisation a couvert toute la commune. Et tous les maires sont naturellement dans cette dynamique. Si tout le monde respecte ces principes, on espère venir à bout de ce fléau mondial”, a dit Malick Ndiaye, maire de Gagnick.
 
Voir plus d'articles

Voir aussi

Manifestations à Kaolack / Bilan des arrestations: 22 personnes interpellées en 48 heures

Actuellement, 22 personnes sont interpellées, à la suite des manifestations qui ont éclaté…