Dans l’une de ses éditions, « le Témoin » faisait état de la vente de vingt mille tonnes d’arachide par la Sonacos à des privés étrangers et même sénégalais sous la couverture du ministère de l’Agriculture. Ce qui a soulevé un tollé et provoqué la fureur des acteurs de la filière arachidière notamment les producteurs et opérateurs sénégalais. Lesquels n’en revenaient pas après avoir débusqué un document officiel signé par le ministère et autorisant la cession de cette quantité importante de graines à des concurrents. Hélas, ce n’était là apparemment que la partie visible de l’iceberg. En effet, selon les 9 organisations paysannes les plus représentatives du Bassin arachidier, regroupées en une fédération, la Sonacos serait une habituée des faits car, de ses origines à nos jours, elle « s’arrogeait le plein droit de céder les graines collectées auprès des pauvres paysans à des puissances économiques étrangères ».
 
Pire encore, les dirigeants successifs de la société passaient ce « forfait » sous silence avec la complicité des autorités étatiques, surtout celles du ministère de l’Agriculture qui avaient la latitude d’autoriser l’exportation des graines. A en croire ces 9 organisations paysannes du Bassin arachidier, cette pratique aurait précipité la Sonacos dans des faillites répétées occasionnant la perte de milliers d’emplois et occasionnant la disparition de l’huile d’arachide sur le marché national. Autant de choses qui poussent nos interlocuteurs à réclamer sa dissolution et son remplacement par des huiliers strictement privés qui traiteraient directement avec eux.
 
Qui l’aurait cru. Avant même que la fumée de la commercialisation « illégale » de vingt mille tonnes d’arachide par la Sonacos ne s’estompe, un autre « deal financier » de l’huilier national est révélé. Le porte-parole des 9 organisations paysannes du Bassin arachidier ayant décidé de trainer la Sonacos en justice, c’est le vieux Tamsir Ndiaye, le chargé des revendications de la Fédération.
 
D’après lui, leur première sortie faisant état de la cession, l’année dernière, de graines par la Sonacos à des privés étrangers, n’est qu’un avertissement pour contraindre cette société à cesser ses pratiques « illégales ». Les 9 organisations les plus représentatives du Saloum soutiennent que « la Sonacos a toujours revendu plus cher les graines des paysans à des privés étrangers, après les avoir acquis à des prix misérables, ce depuis sa création ».
 
« La Sonacos a toujours revendu plus cher les graines des paysans à des privés étrangers, après les avoir acquises à des prix misérables… »
 
Poursuivant, les syndicalistes et responsables d’organisations paysannes comme Ibrahima Badiane, Sg de l’Association des agriculteurs du bassin arachidier, Ibrahima Thiam du Syndicat des cultivateurs, éleveurs et maraichers du Sénégal, Bassirou Ba de « Aar Souniou Momél » entre autres, estiment que la chute libre de la Sonacos trouve son explication dans cette mauvaise gestion qui date de son berceau. La goute d’eau ayant fait déborder le vase, selon eux, fut l’annonce de la baisse du prix du kilogramme d’arachide par le patron de la Sonacos qui, à leurs yeux, n’accorde aucun respect aux producteurs sénégalais.
 
« La Sonacos doit aux paysans une somme inestimable…des milliards de FCFA »
 
Le vieux Tamsir Ndiaye et compagnie évaluent à « plusieurs milliards » ce que leur doit la Sonacos. Pour convaincre les plus sceptiques, ils rappellent que la boite avait pourtant, à ses débuts, tout le matériel nécessaire pour la trituration des graines, mais il se trouve que, « ayant la mauvaise gestion dans les gênes », les responsables qui se sont succédé à sa tête avaient fait le choix de « massacrer » la société en vendant les graines à des privés étrangers au lieu de les traiter.
 
Pis, ils prétendent que l’huiler national a toujours réussi à tromper la vigilance de l’autorité centrale en le convainquant de fixer le prix du kg de l’arachide à sa guise (un prix faible), ce qui lui permet d’augmenter ses gains en vendant sur le marché extérieur dont les acheteurs ont très tôt compris que la graine sénégalaise est l’une des meilleures au monde et y mettent le prix.
 
A les en croire, « il n’y a aucune autre explication au recul progressif des performances de la Sonacos qui n’a de cesse de changer de nom ». A preuve, soutiennent-ils, elle ne peut même pas assurer l’approvisionnement correct du marché en huile d’arachide.
 
« …Les coopératives agricoles complices… »
 
Poursuivant leurs révélations, les producteurs assurent que, à l’époque faste des coopératives agricoles, « les responsables de la Sonacos surfacturaient les cargaisons de graines, avec la complicité des coopératives agricoles qui acceptaient le deal en échange d’un rallongement de la somme d’argent légale reçue dont une partie revenait aux responsables de la Sonacos ». « Quand un opérateur cède par exemple 2mille tonnes d’arachide, la Sonacos signe une décharge de 3 mille tonnes, en contrepartie d’une remise qui revenait à la Sonacos, c’est comme ça que cela se passait », assume Tamsir Ndiaye, porte-parole des producteurs selon qui la plainte annoncée contre la Sonacos est en train d’être étudiée avec leurs conseils.
 
Pour surfacturation des bons d’achats, exportation illégale de graines et faiblesse du prix du kg d’arachide contraire à la loi du marché, les 9 organisations paysannes du Bassin arachidier entendent saisir la justice pour rentrer dans leurs fonds.
 
« La Sonacos devrait être dissoute… »
 
Ils réclament aussi sa dissolution et qu’en lieu et place il y ait des huiliers strictement privés qui traitent sans intermédiaires avec les producteurs et opérateurs sénégalais…
 
Avec Le Témoin
Voir plus d'articles

Voir aussi

MARIAMA SARR RÉPOND AUX ÉTUDIANTS KAOLACKOIS DE L’UGB: « L’enseignement Supérieur n’est pas une compétence transférée des municipalités.” 

Après la manifestation publique des étudiants ressortissants de Kaolack de l’Université Ga…